Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 22 juin 2018

❤ Les hémorroïdes ❤

Photo : Moi, jadis.

 

Attention, article trash puisque je vais parler de mes nouveaux potes qui me suivent partout : les hémorroïdes.

Âme sensible s’abstenir de lire la suite.

Si vous ne m’avez pas revue depuis que je suis cancéreuse et que vous voulez garder cette douce image de moi gambadant dans un pré, les cheveux au vent et dont il émane une odeur de fraise paillette, ne lisez pas la suite.

 

Je vous aurai prévenu.

 

Je dis STOP AU TABOU DES HÉMORROÏDES !

 

Si vous aussi vous souffrez et saignez du cul, sachez que vous n’êtes plus seul.

Je vais vous faire une confidence, depuis que j’ai commencé la chimio, j’ai plusieurs fois manqué de m’évanouir à l’intérieur des cabinets.

Si je ne me suis pas laissée aller à tourner de l’œil, c’est d’abord par respect pour les personnes qui auraient été susceptibles de me retrouver puis, aussi, parce que j’ai moyennement envie d’être la fille qu’on a retrouvée étalée par terre dans les chiottes parce qu’elle a trop poussé en faisant caca.

Sérieusement, quand je suis à l’intérieur de ce havre de souffrance, j’ai des sueurs froides et je suis tellement secouée de tremblements que j’ai l’impression d’être en crise d’hypoglycémie… À moins que ça ne soit le début de la claustrophobie… Putain, en plus d’avoir un cancer, je deviens hypocondriaque… C’est grave docteur ?!

Et quand ENFIN, j’arrive à me lever, mes jambes flagellent, je suis pâle comme un linge (j’ai toujours trouvé cette expression cool, comme dans les romans, elle est très visuelle, on imagine bien le truc hein ?!), en fait, j’ai un peu l’impression de revenir d’un long truc où j’ai fait beaucoup de sport… Et là, vous pouvez observer que ça ne m’est pas arrivé souvent dans ma vie étant donné qu’aucun sport ne me vient à l’esprit. Molle du fion va !

Je suis tellement au bout de ma vie lorsque je parviens à rassembler mes forces et à sortir des chiottes qu’il m’est même passé par la tête d’arrêter de manger pour arrêter de faire caca, c’est vous dire à quel point c’est dur (meilleure blague du monde, mercimerci). Bon, vous imaginez bien qu’assez rapidement j’ai eu une grosse dalle, mon estomac a commencé à me réclamer des Dinausorus, je me suis donc ravisée en me disant que c’était peut-être pas la peine de m’imposer une autre source de souffrance…

 

Il faut dire que je ne m’occupe pas vraiment du problème, j’ai seulement une crème anesthésiante pas si magique que ça pour soigner ce gros mal.

Ah si, et aussi, j’ai lu la page wikihow de comment soigner les hémorroïdes. J’avoue que mon passage préféré c’est quand il est conseillé d’appliquer un sachet de thé sur LA zone. Moi qui ne savais pas quoi faire de mes sachets de thé usagers, en voilà une bonne façon de les recycler !

 

J’ai entièrement rédigé cet article assise sur ma fesse gauche et je pense très prochainement investir dans une bouée…

Sur ce, bon weekend, et surtout : MANGEZ DES FIBRES !

 

Petit coup de gueule hémorroïdaire : Ce matin, je me suis décidée à aller chez le médecin, c’est toute une épreuve pour moi, même malade, mais passons. Je me suis ensuite rendue dans la pharmacie du bled qui m’a vu grandir avec une ordonnance pour de la crème, des gros suppositoires et du Paracétamol. J’étais plutôt sûre que je n’allais rien payer. Quand on a un cancer, on est considérés comme individus en ‘affection longue durée’, on n’avance aucun frais.

Putain, je m’en suis sortie avec une note de 24 boules pour soigner mon bobo ! J’ai demandé à la pharmacienne pourquoi AUCUN PRODUIT POUR SOIGNER LES HÉMORROÏDES N’ÉTAIT REMBOURSÉ par la Sécu. Elle m’a répondu que les médicaments pour soigner les hémorroïdes sont considérés comme une « médication de confort »… ! L’hallucination totale ! C’est vrai que je me mets des suppos dans le cul à 29 ans pour le plaisir.

Bande de gros débiles.

Je suis colère.

les commentaires les plus récents sont en bas de page

5 commentaires

  • Emma says:

    Tu es extra ! On ne se connaît pas, je suis tombée sur ton blog par hasard, je ne me vois pas te lire sans commenter. Tu as bcp d’humour et d’autodérision 😉 bravo pour ton courage

  • ariel kynodontas says:

    Merci Emma de commenter 😀 Je me sens moins seule comme ça ahahah !
    Cœurs sur toi

  • michele georget says:

    tu me fais beaucoup rire!tu es incroyable.je suis en remission d un cancer poumon depuis 2 ans,j’étais loin d’avoir ton humour.et ton écriture est excellente.Je suis d’yffiniac a 10 km de saint-brieuc.Les Bretonnes ont du tempérament.on est des costaudes mouahhhhaha.Continues comme ça.Bon courage,tu tiens le bon bout.

  • ariel kynodontas says:

    Salut Michèle! Ça je suis bien d’accord, nous sommes des costaudes ! Vive la Bretagne et longue vie à toi !
    Des bises

  • Christiane says:

    Salut Ariel!
    J’adore ton humour et le fait qu’aucun sujet ne soit tabou! Tu me fais rire!
    Les hémorroïdes, je ne connais pas. Pour moi, c’est plutôt la courante! Et , depuis que je suis sous chimio, ça a empiré… Le must, c’est quand je sors avec mon 4pattes favori, un papi bouvier-husky-malinois de 15 ans, et qu’il me faut des toilettes d’urgence! C’est en général, le moment précis ou Mr commence à traîner la patte pendant que, mou, je serre les fesses pour arriver à maison avant les dégâts. Une fois arrivés dans le hall de l’immeuble (construit en 1912, donc sans ascenseur), Mr chien attend encore 5 minutes au bas des marches avant de se décider à monter! Et moi, pendant ce temps, je serre les fesses encore et encore!!! Quand je n’arrive pas trop tard à la maison!
    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *