Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 16 juillet 2018

La parenthèse enchantée rochelaise.

Mardi dernier, j’ai commencé une nouvelle série de chimios et je n’ai pas eu d’effets secondaires.
Et ça, c’est le top du top (je ne m’emballe pas trop parce que la rumeur dit que le pire est l’énorme fatigue qui s’accumule au fil des séances). Par contre, ce qui commence à légèrement me gêner ce sont les trous de mémoire, la perte de souvenirs à court terme, ainsi que la chute de mes cils et sourcils.
Donc, revenons à nos moutons : après mon passage à l’hôpital (3h30, tout de même…) et, comme j’aime vivre dangereusement, j’ai taillé la route vers le Sud, vers les pancartes ‘Préfou’, vers les maisons aux toits de tuiles rouges, vers La Rochelle.
En y réfléchissant bien, il y a peu d’endroits où je suis sûre et certaine que j’y passerai du bon temps. Il sera suspendu, ressourçant et filera toujours trop vite.

 

La Rochelle, son pont, son port, sa gare, ses moustiques, son théâtre, ses apéros à l’abri du monde, ses coups en terrasse trop chers, ses rousquilles, ses coupes de Prosecco et, la maison bucolique d’un de mes Soleils.

 

Pendant un long trajet en plein cagnard, j’ai goûté au plaisir d’être tête nue et tout crâne au vent. Quel bonheur.
Après un rapide tour dans les rues pavées et bondées et après avoir englouti du bon manger vegan, j’ai assisté au concert de Fatoumata Diawara. Et c’était génialissime. Cette nana a tellement d’énergie et envoie un tas d’ondes positives, il était impossible de sortir du théâtre sans avoir la grosse banane. Elle a fait passé plusieurs messages lui tenant à cœur, notamment concernant l’accueil des réfugiés ou encore sur l’importance d’accepter nos différences. Elle a invité tout plein de monde sur scène et a réussi à réunir toutes les générations. Il y avait même un papy devant moi qui dansait et chantait comme un ado. Et, j’ai pu bougé un peu mon petit cul de blanche sur certains morceaux.

Je regrettais seulement de ne connaitre que cet album de la fabuleuse Fatou et je vais donc m’empresser d’écouter son dernier disque, ‘Fenfo’.

 

Mon court séjour Rochelais fut légèrement miné par mes sautes d’humeur, ce yoyo qui n’en finis jamais de me tourmenter. Je pense à des choses inutiles pour le moment, comme à mon opération après les séances de Taxol, aux résultats du test génétique et donc, à mon corps sans mes petits seins. Et je pense au cancer qui pourrait revenir en mode récidive pendant la période de rémission ou quand je serai ‘officiellement’ guérie.

Parfois je me sens comme une warrior super balaise avec des énormes biscotos et qui défonce la gueule à ce crabe.
Et quelque fois, je me sens si fragile, j’ai peur et j’ai envie de fuir très loin dans un pays imaginaire, là où la maladie n’existe pas.

Et souvent, je me pose des questions existentielles du genre : ‘pourquoi y-a-t-il une ouverture plus que facile sur les Tourtel ?’ sachant qu’à mon humble avis, elles sont principalement consommées par des femmes, ‘nous prendrait-on pour des truffes incapables d’ouvrir une bouteille de bière avec un décapsuleur ?’.

les commentaires les plus récents sont en bas de page

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *