Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 23 novembre 2018

Mes premières règles (ou presque).

Sous la bienveillance de la nouvelle-lune de ce mois de novembre, comme un petit signe que j’interprète comme une enveloppe de protection à mon égard, mes cycles sont réapparus exactement 41 jours après ma dernière injection de chimiothérapie.
Il y a quelque temps, j’écrivais un article où je notais que j’étais heureuse de ne plus vivre et d’une certaine manière, de subir cet aspect-là de mon corps de femme. Je ne regrette pas ce que j’ai ressenti et pensé car j’étais dans une sorte de déni, je n’ai jamais appris à connaitre mon corps de femme, il n’y a pas eu de transmission de mère en fille et la société ne va pas dans ce sens non plus .
Aujourd’hui, j’ai l’impression d’accueillir une vieille connaissance, que je n’ai jamais vraiment aimé mais sur qui je porte désormais un regard différent. Je ‘profite’ de mes règles comme si je n’allais plus jamais les avoir, elles m’avaient manqué et je me réjouis à chaque fois que je vois mon sang.
Mon corps reprend petit à petit ses droits, je deviens à nouveau une femme de 29 ans. Je jubile à l’intérieur, je me sens calme et apaisée par ce retour joyeux.
J’espère (presque) plus que tout que la chimiothérapie par médicaments ne va pas tout rechambouler, qu’elle va me laisser continuer à devenir la nouvelle moi. J’ai tout de même un gros doute là-dessus. Je voudrais que mes cycles reviennent le mois prochain, et encore le mois d’après, même si mes règles me fatiguent encore plus, que j’ai encore plus de douleurs et qu’elles me donnent des petits boutons hormonaux (j’ai 12 ans).
Et ainsi de suite, jusqu’à ce que ce soit leur heure de s’éteindre pour laisser la place à une vraie ménopause.

les commentaires les plus récents sont en bas de page

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *