Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 27 janvier 2019

Questions sans réponses.

Quel est le risque de vivre -presque- comme si de rien n’était.
Ce n’est pas du déni.
Cela apparait souvent comme de la force.

Combien de jours vais-je encore supporter mes médicaments.

Quand puis-je me laisser aller.
Ai-je encore le droit de le faire.
Est-ce que cela signerait mon arrêt de mort.
Est-ce que la maladie va m’emporter.
Aurais-je le choix.
Est-ce que je la sentirais venir.
Si c’est le cas, verrais-je la peur dans les yeux de mes proches.
Comment partir en paix avec autant de regrets.
Est-ce que j’arriverai à gérer la pression lors de l’IRM et des mammographies annuels sans en faire des tonnes.
Est-ce que la maladie reviendra.
Si elle revient, est-ce que cela sera quand je m’y attendrais le moins.
Quand est-ce que je serai guérie.
Est-ce qu’il faut que je continue à penser ‘jamais’.
Est-ce que je dois dire ‘j’ai un cancer’ au présent.
Quand les traitements et la radiothérapie seront finis, est-ce que je parlerai au passé.
‘J’ai eu un cancer,
À 28 ans.’

les commentaires les plus récents sont en bas de page

3 commentaires

  • Syssy says:

    Je me pose les mêmes questions
    Si tu trouves des réponses je les veux bien 😁
    Bisous

  • Minou says:

    Je serais là, pour le meilleur et pour le pire, on rigole ensemble, on pleure ensemble. On s’aime.

  • Christiane says:

    J’imagine que l’on doit toutes se poser ces questions. Je me les pose aussi. Les hauts et les bas je connais aussi. Et il ne faut pas oublier que la chimio s’attaque aussi à nos neurones, ce qui impacte forcément notre façon de penser et notre ressenti. Je pense fort à toi et t’envoie tout plein d’ondes positives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *