Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

canine le 27 juillet 2018

Chemospiration : notre Yoyo nationale, Yolande Moreau.

Yolande… La femme du cinéma français que j’admire le plus.
Yolande… Nous ne pouvons pas nous tromper en nous plongeant dans ses yeux, cette super nana est bonne et généreuse.

 

Mais pourquoi la rigolote Yoyo me direz vous, elle n’est pourtant pas chauve !
Pas chauve non, mais elle s’est battue contre le cancer du sein en 2010.
Et même sans cancer, elle mérite une place n’importe où.

 

Qui dit Yolande, dit ‘Les Deschiens’ (avec François Morel <3), je les ai découvert sur le tard mais quel bonheur et quelle grosse rigolade de retrouver certains traits de personnages locaux de ma campagne profonde. J’adore le sketch sur les mémoires de Poulidor, il marche toujours aussi bien. Mes parents étaient coureurs cyclistes (oui, quand on me connait, ça ne se voit pas), alors cet extrait me fait particulièrement rire.

 

Je l’ai aimé si fort dans ‘Louise-Michel’ (forcément), je l’ai adoré dans ‘Séraphine’, ‘Mammuth’, ‘Joséphine’, ‘Bienvenue chez les Rozes’, ‘Le Grand soir’, ‘Neuf mois ferme’ (Dupontel <3), ‘Une Vieille maitresse’ (Asia Argento <3), ‘Dans la maison’ (Ozon <3)…
En 2011, je suis allée au cinéma seule (j’adore !) voir ‘Où va la nuit’ et j’ai pleuré comme une madeleine pendant toute la projection. Je suis tombée amoureuse de cette actrice et réalisatrice exceptionnelle, à cet instant précis.
.

En octobre dernier, j’ai eu l’immense chance d’assister à une des représentations de son spectacle avec Christian Olivier (des Têtes Raides) à La Rochelle. Ils reprennent et interprètent des textes de Prévert, c’était, sans surprise magnifique. J’en garde un merveilleux souvenir.

En 2016, Yolande sort un documentaire sur la jungle de Calais, ‘Nulle part en France‘, elle tente de sensibiliser au sort des réfugiés, à leur condition de vie et avec conviction, elle essaie de faire bouger les choses.

 

Tout ça pour dire, Yoyo, merci pour tout.
Et si par grand miracle du Saint-Esprit des cancéreux, Yolande, si un jour tu me lis, moi c’est Ma Y Lisse.

 

 

P.S. : un dernier pour la route… Pour nous t’étais mort !

les commentaires les plus récents sont en bas de page

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *