Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 22 octobre 2018

Coup de gueule du lundi 8 octobre / Mon rendez-vous avec l’anesthésiste.

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec l’anesthésiste pour préparer l’opération de mercredi.
Jusqu’à maintenant, j’ai toujours été contente du personnel de l’hôpital et dans l’ensemble, de la façon dont tout le monde me traitait. Je n’avais pas le sentiment d’être un numéro de sécu parmi tant d’autres.
Je n’avais jamais ressenti cette sensation désagréable, jamais, jusqu’à mon rendez-vous de ce midi.

J’ai eu l’impression d’avoir vu cette anesthésiste, entre deux portes, à la va-vite. Je ne sais pas vraiment comment doit se passer un rendez-vous avec ce type de personne du corps médicale, il me semble que ce même type de rendez-vous que j’avais eu début mai (étant donné que je devais me faire opérer avant la chimio) ne s’était pas du tout dérouler de la même manière.
Tout d’abord, cette personne n’avait même pas pris une minute pour ouvrir mon dossier, pour savoir si elle avait en face une patiente qui venait se faire retirer l’appendicite ou coloscoper le cul.
Elle m’a demandé si j’avais fait de la chimio ou ‘si c’était pour après ? ‘ … ok, tu ne m’as pas regardé en fait ? J’ai plus de sourcils, 1 cm de cheveux sur le crâne et un gros pansement bombé à cause de ce qu’il y a en dessous, juste au-dessus du sein. J’dis ça…
Nous parlions donc, du cancer du sein. J’ai dû lui expliquer le protocole mit en place pour me soigner. Elle m’a demandé si j’allais subir une ablation pendant l’opération. Heu. NON. ‘Eh bien si, c’est marqué dans l’ordinateur, c’est écrit ‘ablation de la chambre implantable’. J’ai eu l’impression qu’elle jouait sur les mots. Je me suis sentie en position de faiblesse.
Ce rendez-vous ne m’a pas rassuré. Juste démoralisée. J’ai ensuite vu une infirmière du service de chirurgie ambulatoire qui avait l’air un petit peu plus humaine. Je suis sortie. J’ai pleuré dans ma voiture et je suis allée me défouler en achetant des conneries à la Biocoop.
Super lundi. Super journée.

 

Je sais que je suis stressée par l’opération et peut-être que ma peur me rend en colère contre ce médecin, peut-être bien que j’ai besoin de m’en prendre à quelqu’un, de me défouler sur un être humain.
Mais même.

les commentaires les plus récents sont en bas de page

4 commentaires

  • Sylvie D says:

    Bonjour Ariel, je suis suivie depuis août 2017 à l’institut Bergonié de Bordeaux pour un cancer du sein. Je suis très heureuse de ce choix, tout le personnel est aux petits soins… sauf… sauf lors de la visite chez l’anesthésiste. Un rdv qui me sembla bâclé, inhumain. J’avais des questions, des angoisses. J’ai essayé de lui en faire part mais je me suis retrouvée face à un homme hautain, goguenard. Heureusement la veille de mon intervention et le jour J c’était un de ses collègues et j’ai pu enfin m’informer sans avoir l’impression d’ être une névrosée trouillarde et angoissée.
    Bon courage et bonne continuation
    Sylvie

  • Syssy73 says:

    Courage
    C est un con laisse tomber il ne mérite pas ton attention
    Pense positif ce n’est qu’une mauvaise parenthèse (comme dirait mon médecin)
    La vie sera encore plus belle après
    Bises

  • christine says:

    Non, non, c’est pas ta peur qui suscite ta colère mais bien le comportement déplacé et anti professionnel de ce toubib. Le coup de l’ablation, c’est énorme, absolument pervers et dégueulasse !!!! J’ai eu aussi à subir ce type de sadisme médical de la part d’un toubib. y’aurait de quoi dire sur le sujet …
    Allez, on se connait pas, mais je t’embrasse et te souhaite la pleine FORCE pour mercredi

  • ariel kynodontas says:

    Merci beaucoup pour ton soutien Christine !
    Des grosses bises, soyons folles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *