Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 19 octobre 2018

Sous le pansement, mon sein recousu.

Photo : Je me sens un peu comme Sally dans ‘L’étrange Noël de Mr Jack’, sauf que chez moi les fils ne sont pas visibles.

 

Une amie a su poser les mots justes sur ce que je ressentais, avant l’opération. C’était un peu comme si tout ce que je faisais avant était obscurcie par un nuage qui planait au-dessus de chacun de mes actes.

Je ne pouvais profiter pleinement, tout avait un goût de peur. Je pensais pouvoir être capable de simplement me réjouir une fois l’opération terminée. Mais à cause de l’anesthésie et du choc qui a remué tout mon corps, j’ai été pendant quelques jours dans l’incapacité de le faire.
Et c’est seulement en début de semaine que j’ai vraiment réalisé : normalement, LE PLUS DUR EST DERRIÈRE MOI.

Et ça c’est méga super top moumoute.

 

 

Lundi, c’était le jour où je pouvais retirer mes pansements. Je devais attendre la visite chez mon médecin en fin d’après-midi mais, je n’ai pas pu, j’avais hâte de commencer à m’habituer à la vision de mon sein le plus vite possible. Seule, j’ai donc ôter mon pansement et OH JOIE, mon téton n’est pas venu avec. Il est bien accroché.
Mon sein me fait penser à une théière en porcelaine, mon mamelon, au petit chapeau délicatement installé dessus pour éviter que le contenu ne refroidisse.

Il n’a pas l’air solidaire du reste, il a juste l’air posé.

 

 

J’ai conscience que dans mon malheur, je suis chanceuse.
Chanceuse, parce que j’ai toujours mon mamelon.
Chanceuse, parce que j’ai encore mes deux seins.

Et puis, je me pose des questions un peu stupides du genre : est-ce que mon téton va pointer quand j’aurais froid, peut-il se détacher en cas de frottements, s’envolerait-il au moindre coup de vent ou encore, serais-je un jour encore capable d’allaiter si l’occasion se présente -genre en allant chercher le pain par exemple.

les commentaires les plus récents sont en bas de page

4 commentaires

  • samama says:

    bonjour Ariel
    effectivement le plus difficile est derrière !!!je suppose que maintenant tu auras de la radiothérapie !

    alors la ,vraiment RAS !!!

    j y allais comme au salon de thé !oui 😀

    j ai eu la chance d être à Curie et là vraiment , l équipe soignante ,fabuleuse !

    sois sereine , écoutes toi , prends soin de toi ,l on apprécie encore plus la vie après !!!

    des bisous 😘

    à bientôt
    lysiane

  • Soulard says:

    Bonjour votre message me donne les larmes.
    Des larmes de fatigue mais aussi des larmes d’espoir.
    Je me retrouve dans vos mots (maux).
    Moi sous ce pansement le téton c’est envolé mais mon sein est revenu. Que du bonheur lorsque mes paupières lourdes d’antalgiques se sont levées sur cette nouvelle courbe, un bonheur insoupçonné de cette première étape de reconstruction qui est bien au delà du physique.
    Merci j’adore votre blog

  • Gueran says:

    Bonjour Ariel,beaucoup de courage pour tout ses épreuves difficiles….
    Et toujours tenir le cap face à chaques moments difficiles .
    Il faut garder le moral pour soit, et aussi pour ceux que l’on aime, et ses enfants qui nous donnent tout le courage pour affronter tout les combats….
    Bisous

  • ariel kynodontas says:

    Merci beaucoup Dominique pour votre message.
    J’espère que le moral est bon et que vous vous habituez à votre ‘nouveau’ corps.
    Des bises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *