Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 13 mai 2019

Fin de l’Étape 4, début de l’Étape 5 : En route vers la radiothérapie !

Photo : Mais quel superbe décolleté !
Retour en douceur après une absence, disons, mi-longue.
Il y a une dizaine de jours, j’ai terminé mon traitement de Xeloda. Je crois que je n’ai pas trop réalisé, la dernière cure ayant été entrecoupée par quelques oublis (bouh ! c’estpasbien) et une légère relâche du mode de vie que je m’étais plus ou moins imposé depuis un an.
Bah ouais, ça fait plus d’un an maintenant.
Beaucoup de choses sont différentes à présent, ont évolué ou régressé, selon le degré de subjectivité.
Mes mains et mes pieds gardent un aspect brûlé, comme un effet coup de soleil pour bien commencer l’été.

Après plusieurs rendez-vous pour préparer cette tant attendu dernière étape de mon traitement, j’ai commencé aujourd’hui la radiothérapie.
Je note qu’à l’hôpital de Lorient, tout est fait ou presque, pour que le patient cancéreux oublie un tant soit peu son triste sort. Il y a plusieurs salles d’attente qui comportent chacune deux cabines portant des noms d’îles bretonnes, histoire de voyager en terre paradisiaque. Dans la salle où a lieu la radiothérapie, il y a de la musique, et des panneaux florales lumineux au plafond. Ce qui fait que quand on est allongé confortablement (c’est évidemment ironique), les yeux au ciel se posent vraiment sur une image de fleurs dans le ciel. Un faux, mais quand même.
Je n’aime pas beaucoup quand la machine me tourne tout autour, c’est comme si elle m’inspectait et fouinait à la recherche des dernières traces du cancer. Aussi, les bruits sont carrément flippant. Ce qui l’est tout autant c’est lorsque les manipulatrices quittent la salle.
Bah ouais, à cause de la radioactivité.
Quels autres problèmes vont engendrer toute la chimie que j’ai ingurgitée depuis un an et tous les rayons qu’on me propulse du nichon jusqu’à la clavicule ?!
Ce qui me fait également tout drôle c’est de me dire que je dois aller quatre midis par semaine à l’hôpital et qui plus est, sur ma pause méridienne, pour perdre le moins de temps possible. Pour en plus me retrouver les miches à l’air pendant une vingtaine de minutes devant des inconnues.
Mais heureusement, tout va mieux, car j’étais à l’île d’Arz aujourd’hui !


AH et sinon, pour le moment, ce n’est absolument pas douloureux.

les commentaires les plus récents sont en bas de page

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *