Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine le 4 juillet 2019

Gortozit … Petra ‘zo degouezhet resiz ? ! / Attendez … Qu’est-ce qu’il vient de se passer en fait ? !

Foto ma mignonez Sylvie, kemeret e Lostenk.
Mersi bras dit evit tout an traoù bevet er stummadur. Kendalc’h get ar brezhoneg, get ha entanoù hag ha gizidigezh. Joa ha levenez vras dit.

Me ‘zo ‘dijabl’ a-c’houde pevar devezh bremañ. Da lâret eo, hep louzaouadur, hep monet-ha-donet en ospital, hep kentelioù breton, hep divronn noazh da greisteiz, hep sandwich lonket en ur vleuniiñ.
Klinkiñ a ran ma c’hambr evit adperc’henniñ ma zi èl ma klaskan adperc’henniñ ma c’horf.
Me ‘zo e un hanter stad-stok. Petra ‘zo degouezhet evit gwir a-c’houde ur blez hanter ?
Tout an traoù-se n’eo ket ‘kozig james degouezhet…
pand on goloet mat.
Rak ‘m eus kleizennoù àr ma c’horf, ma c’hroc’hen ‘zo losket c’hoazh get ar skinouriezh hag ar feson ‘m eus da gemer ma buhez ‘deus cheñchet penn-da-benn.
Mall ‘zo àrnon mes, ret eo din bout pasiant. C’hoant ‘m eus tout an traoù, doc’htu. Me ‘zo bepred Antigone ma 15 blez.
Me oa èl ur zombi e ma zi e-pad nav viz. Me ‘zo bremañ get an digenvez-mañ, an hani ‘m boa c’hoant kement-se, mes aon m’ eus ivez. Me ‘zo e ma unan bremañ. Hep diank. É hunvreal bout atav tostoc’h d’ar mor pe, da ma c’herent.
Ne veizan ket c’hoazh. Petra ‘zo degouezhet resiz ?
Mes me ‘c’hell lâret bremañ ‘n’on ket mui klañv’ ha ‘bet ‘m boa ur c’hrank’,

en amzer baset.

 

 

Nostang, photo de mon amie Sylvie.

Voilà maintenant quatre jours que je suis libre, c’est à dire sans traitement, sans aller-retour à l’hôpital, sans cours de breton, sans miches à l’air le midi, sans sandwich avalé en conduisant.
Je décore ma chambre pour me réapproprier ma maison comme je tente de me réapproprier mon corps.
Je suis dans un semi-état de choc, que s’est-il réellement passé depuis un an et demi ?
Tout cela n’est presque jamais arrivé…
lorsque je suis plutôt couverte.
Car, j’ai des cicatrices sur mon corps, ma peau est encore brûlée par la radiothérapie et ma façon d’appréhender ma vie a terriblement changé.
Je suis presséepresséepressée mais, il me faut prendre le temps. Il me faut tout, tout de suite. Car je suis toujours l’Antigone de mes 15 ans.
J’ai vécu comme un zombie pendant neuf mois, je n’étais que de passage chez moi. Je me retrouve face à cette solitude que je souhaitais tant mais qui m’effraie en même temps. Je suis face à moi-même. Sans échappatoire. À rêver d’être toujours plus près de la mer ou alors près des miens.
Je ne réalise pas bien encore. Qu’est-il arrivé exactement ?
Mais je peux à présent dire ‘je ne suis plus malade’ et ‘j’ai eu un cancer’,

au passé.

les commentaires les plus récents sont en bas de page

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *