Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine

La prise de tête d’une semaine.

J’aimerais être capable de réfléchir, de penser et de vivre comme une femme de mon âge. J’ai vieilli trop vite. Moi qui petite, souhaitais que l’on me donne toujours plus que l’âge que j’avais réellement, là, je suis servie. Fini l’insouciance, fini les soirées à rigoler comme une baleine, à lâcher prise, à m’oublier… Je ne suis plus qu’ancrée dans le moment présent et dans le futur proche. J’en ai ma claque de penser constamment à ma santé, d’avoir une espèce de crainte de m’intoxiquer au moindre truc respiré, avaler ou mis sur ma peau. Au moindre coup de stress,... Voir l'article

canine

Les résultats de biopsie (bis).

Photo : Red sky, pas comme ma culotte. J’ai appris il y a une semaine que l’analyse de ma tumeur après l’opération était positive, elle contenait encore des cellules cancéreuses. Je suis donc dans la quasi obligation d’accepter d’avaler des cachets de chimiothérapie, du Xeloda Capecitabine (c’est son p’tit nom)… pendant six FUCKING months !!! À compter de quatre le matin et quatre le soir pendant deux semaines. Ensuite, il y aura une espèce de pause d’une semaine pour permettre à mon corps de souffler un peu, petite visite chez l’oncologue ainsi que prise de sang en prime. Et hop,... Voir l'article

canine

Bilan, un petit peu plus d’un mois après la dernière chimio.

Photo : Le beau travail d’Annick Piron ! Durant ce mois un peu particulier car ‘sans traitements’, des changements et évolutions sont évidemment apparus. Déjà, mes cheveux repoussent vraiment, même si ce n’est pas assez vite à mon goût. Ils ont l’air plutôt forts, ils l’étaient déjà avant donc nothing new under the sun à ce niveau-là. Par contre, ils sont blonds. D’un blond presque cendré et à ma grande surprise, je n’ai pas plus de cheveux gris. Mes poils poussent également vraiment bien, mais encore blonds, assez marrant. Mes règles, ce sont arrêtées mi-mai et depuis quelques semaines, je... Voir l'article

canine

Sortez vos boules et vos guirlandes !

Photo : Et palpez-vous les miches ! C’est bon, finis le ciel bleu, le soleil qui brille, la chaleur étouffante et tout le tintouin ! J’ai rangé mes sandales à deux balles -mais qui brillent- dans le placard. Mes grosses chaussettes/serpillières toutes moelleuses qui me font transpirer des pieds sont prêtes à sauter partout et à ramasser la moindre merde. J’ai ressorti mes gros pulls difformes et mes leggings pour trainer au chaud. J’ai le bout du nez et les mains glacés en permanence. Et grâce à mes trois poils sur le caillou, j’ai été obligée de me procurer un... Voir l'article

canine

Octobre noir.

Je suis tristesse. Tristesse car même dans la maladie il y a stigmatisation : le bleu pour les hommes et… roulements de tambour, le rose pour les femmes. Au risque de me mettre toutes mes potes de cancer à dos, tant pis, je pousse mon coup de gueule. Tout d’abord, je trouve bien sûr dans l’ensemble que c’est une bonne idée ce mois de sensibilisation autour du cancer du sein. C’est important de se palper, sans quoi une femme peut trèèès facilement passer à côté d’une grosseur (non, sans dec’, je sais de quoi je parle…) et assez vite se... Voir l'article

canine

Coup de gueule du lundi 8 octobre / Mon rendez-vous avec l’anesthésiste.

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec l’anesthésiste pour préparer l’opération de mercredi. Jusqu’à maintenant, j’ai toujours été contente du personnel de l’hôpital et dans l’ensemble, de la façon dont tout le monde me traitait. Je n’avais pas le sentiment d’être un numéro de sécu parmi tant d’autres. Je n’avais jamais ressenti cette sensation désagréable, jamais, jusqu’à mon rendez-vous de ce midi. J’ai eu l’impression d’avoir vu cette anesthésiste, entre deux portes, à la va-vite. Je ne sais pas vraiment comment doit se passer un rendez-vous avec ce type de personne du corps médicale, il me semble que ce même type de rendez-vous... Voir l'article

canine

Sous le pansement, mon sein recousu.

Photo : Je me sens un peu comme Sally dans ‘L’étrange Noël de Mr Jack’, sauf que chez moi les fils ne sont pas visibles.   Une amie a su poser les mots justes sur ce que je ressentais, avant l’opération. C’était un peu comme si tout ce que je faisais avant était obscurcie par un nuage qui planait au-dessus de chacun de mes actes. Je ne pouvais profiter pleinement, tout avait un goût de peur. Je pensais pouvoir être capable de simplement me réjouir une fois l’opération terminée. Mais à cause de l’anesthésie et du choc qui a remué... Voir l'article

canine

J+4 dans ma nouvelle vie sans tumeur.

Mercredi 10 octobre 2018, rendez-vous à 7h45 au service de chirurgie ambulatoire de l’hôpital.     Une infirmière me presse pour que j’enfile ma tenue bleu que je garderai toute la journée, elle ne se présente pas, ne prend pas la peine de me dire qu’il y a une culotte en filet (sex) dans la salle de bain ou encore, de me changer ma blouse qui ne se ferme qu’avec un bouton en haut du dos. Je traverserai donc l’hôpital pour rejoindre le service de radiologie avec mon châle sur les épaules, histoire de conserver le peu de pudeur qu’il... Voir l'article

canine

Je suis Compote.

Mâchée Recrachée. Moulinée. Broyée. Écrasée. Voilà comment je me suis sentie en salle de réveil ce mercredi après-midi, aux alentours de 15h30. L’opération s’est bien passée, j’ai trois bobos séparés qu’il va falloir choyer. Je suis un peu K.O./chaos. Mais je suis chez moi et ça c’est cool. Je raconterai mon périple dans un prochain article. Merci à tous pour vos mots, messages et appels. Je me suis sentie TRÈS soutenue et très entourée, je ne vous le rendrai jamais assez. Des bises pâteuses. 16+

canine

Étape 3 : Opération du nichon.

Dernière photo de mon port-à-cathéter.   Un des moments que je redoutais est sur le point d’arriver : ce mercredi, je me fais opérer. Au revoir vilaine tumeur cancéreuse et ce qui t’entoure. Au revoir ganglions plus ou moins gros. Au revoir chambre implantable. Ce que tu as pu me dégoûter, ce que j’ai pu te détester.   Ce qui me fait le plus peur dans l’opération, c’est d’être endormie. J’ai peur de ne jamais me réveiller et de m’éteindre trop jeune dans cet endroit si froid qu’est l’hôpital. Même si je sais qu’il y a peu de chance pour... Voir l'article