Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss
haut de page
canine

J’peux pas, j’ai biopsie.

Et dire qu’à la base, je pensais aller à l’hôpital pour une simple échographie de contrôle. Il se trouve quand regardant l’ordonnance de mon médecin traitant de plus près, il m’avait prescrit une écho + une mammo (-> douceur et volupté sur tes petits nichons). Après une attente interminable au sous-sol de l’hôpital de Lorient, je passe enfin la mammographie, et je pars m’installer pour l’échographie. La radiologue n’a rien vu sur les premiers clichés où j’ai les seins écrasés. Elle me pose des questions sur les différents traitements que j’ai subi depuis un an et demi, s’il y a... Voir l'article

canine

K.

Hier, j’ai voulu me raser la tête pour remonter le temps, pour être prise à nouveau pour une nana au plein cœur du bain chimiothérapeutique. La maladie protège, englobe. Le cancer fragilise et bousille tout. Je suis incapable de travailler à l’heure actuelle. Je suis faible. Je craque, je m’effondre. La chimio m’a grillé quelques neurones, je n’ai plus de mémoire. Mon médecin m’a dit que ce n’était pas possible d’être à ce point surhumaine, d’avoir autant encaissé -presque- sans broncher. Il pense aussi que je fais une dépression post-cancer. Pourquoi est-ce tant tabou ? Il a également senti une... Voir l'article

canine

14 mois.

Skeudenn : ‘Mikra Anglia’, film grec incroyable. Est-ce que cela compte, quatorze mois dans une vie ? Si cette vie est longue, imaginons dans la moyenne, ce n’est rien, quatorze mois. Mais ce n’est pas possible de savoir. Donc, seul le temps peut estomper la douleur DES traitements, traitements médicamenteux et traitements relationnels. Je me sentais moins mal, j’étais globalement moins triste quand j’étais malade. J’étais moins seule. Et j’étais protégée. C’est terriblement dur depuis que je suis en rémission. Puis-je parler de rémission d’ailleurs car, je n’ai entendu ce mot dans la bouche d’aucun médecin. Quand je bouffais toute... Voir l'article

canine

Ma emgav diwezhañ en ospital. / Mon dernier rendez-vous au service oncologie.

Piv ‘neus lâret e oa gwashañ c’hoazh goude ? Pand arrest tout an traoù. Te ‘sell doc’h an holl a zo degouezhet. Hep gouiet get pesort penn ret eo komeñs dielfenniñ. Pe marse, ret vehes kontinuiñ krog a-barzh, hep sellet doc’h an amzer paset. Èl an dud a ali hep gouiet penaos ‘vez bout klañv. Den a c’hell kompren. Èl evit ar gwilioud. Hep gouiet petra eo, te c’hell displegiñ, den ne c’hell bout en ha plas. Piv ous evit barniñ ? Bet oas e ma flas ? Ne c’houlen ket mui din bout pasiant. Me ‘oar bremañ e zin... Voir l'article

canine

Gortozit … Petra ‘zo degouezhet resiz ? ! / Attendez … Qu’est-ce qu’il vient de se passer en fait ? !

Foto ma mignonez Sylvie, kemeret e Lostenk. Mersi bras dit evit tout an traoù bevet er stummadur. Kendalc’h get ar brezhoneg, get ha entanoù hag ha gizidigezh. Joa ha levenez vras dit. Me ‘zo ‘dijabl’ a-c’houde pevar devezh bremañ. Da lâret eo, hep louzaouadur, hep monet-ha-donet en ospital, hep kentelioù breton, hep divronn noazh da greisteiz, hep sandwich lonket en ur vleuniiñ. Klinkiñ a ran ma c’hambr evit adperc’henniñ ma zi èl ma klaskan adperc’henniñ ma c’horf. Me ‘zo e un hanter stad-stok. Petra ‘zo degouezhet evit gwir a-c’houde ur blez hanter ? Tout an traoù-se n’eo ket ‘kozig james... Voir l'article

canine

Mes trente ans à l’EHPAD (mais pas que).

Photo : Santez Ariel. Ce 14 juin dernier, j’ai eu trente ans. C’était mon deuxième anniversaire en tant que cancéreuse, ou du moins, en tant que personne qui suit un traitement contre le cancer. Tout comme l’année passée, j’ai ressenti de la gratitude -d’être toujours là, d’avoir ma fille à mes côtés et d’être la moitié de mon temps sur terre, enrobée d’amour- mais le même goût amer reste au niveau de mon palet. Journée spéciale ce vendredi, des proches qui prennent sur eux pour ‘que tout se passe pour le mieux’ (cancer + anniversaire = combo gagnant pour se... Voir l'article

canine

Fin de l’Étape 4, début de l’Étape 5 : En route vers la radiothérapie !

Photo : Mais quel superbe décolleté ! Retour en douceur après une absence, disons, mi-longue. Il y a une dizaine de jours, j’ai terminé mon traitement de Xeloda. Je crois que je n’ai pas trop réalisé, la dernière cure ayant été entrecoupée par quelques oublis (bouh ! c’estpasbien) et une légère relâche du mode de vie que je m’étais plus ou moins imposé depuis un an. Bah ouais, ça fait plus d’un an maintenant. Beaucoup de choses sont différentes à présent, ont évolué ou régressé, selon le degré de subjectivité. Mes mains et mes pieds gardent un aspect brûlé, comme... Voir l'article

canine

Mes premiers pas vers la radiothérapie.

Photo : une vierge parmi d’autres…   Destination de rêve.   Ce mardi, j’avais pour la première fois rendez-vous avec une radiothérapeute. Mon oncologue m’avait demandé au préalable -puisqu’il y avait le choix- si je préférais voir une femme ou un homme. Vous vous doutez bien de ma réponse. J’ai donc rencontré cette femme et je me suis demandé à quel moment dans la vie on se disait ‘tiens, je voudrais faire radiothérapeute comme métier quand je serai grande’. Tout m’a été très bien expliqué et écrit, comme lors de ma première rencontre avec l’oncologue.   J’irai quatre fois par... Voir l'article

canine

Peut-être est-ce dû à l’atmosphère générale, ou peut-être bien aussi est-ce à cause du retour des nuages et de l’odeur de la pluie. Je m’habitue trop vite. Je n’imagine pas ma vie future sans la récidive. Je n’imagine pas mourir d’autre chose que du cancer. Cet aspect me rend insouciante vis-à-vis du reste. Je ne peux plus mourir de rien d’autre. Traverser la route au feu rouge n’est plus dangereux, respirer la pollution, manger des plats industriels, boire des boissons trop sucrées, être rongée par le stress, nager et ne plus avoir pied, être trop près du vide, ou encore... Voir l'article

canine

Bonjour l’absent/c/e.

Photo : (Ma fille cachée entre deux cailloux), mes poils de jambes et moi sur la plage pour un pique-nique au soleil, peinardes.     Sur les réseaux sociaux, tant que tu publies, tu existes. Et lorsque aucun nouveau contenu vient s’ajouter à ton compte, personne ne le remarque. Le vent en poupe n’est qu’éphémère.   Je suis en pleine période de transition. Comme le soleil, je repointe le bout de mon nez doucement. Je m’affirme et me redécouvre un peu plus chaque jour.   Je ne vois pas vraiment la fin des traitements. Je reste bloquée à cette foutue... Voir l'article