Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

logo instagram logo rss logo rss
haut de page
canine

Octobre noir.

Je suis tristesse. Tristesse car même dans la maladie il y a stigmatisation : le bleu pour les hommes et… roulements de tambour, le rose pour les femmes. Au risque de me mettre toutes mes potes de cancer à dos, tant pis, je pousse mon coup de gueule. Tout d’abord, je trouve bien sûr dans l’ensemble que c’est une bonne idée ce mois de sensibilisation autour du cancer du sein. C’est important de se palper, sans quoi une femme peut trèèès facilement passer à côté d’une grosseur (non, sans dec’, je sais de quoi je parle…) et assez vite se... Voir l'article

canine

Coup de gueule du lundi 8 octobre / Mon rendez-vous avec l’anesthésiste.

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec l’anesthésiste pour préparer l’opération de mercredi. Jusqu’à maintenant, j’ai toujours été contente du personnel de l’hôpital et dans l’ensemble, de la façon dont tout le monde me traitait. Je n’avais pas le sentiment d’être un numéro de sécu parmi tant d’autres. Je n’avais jamais ressenti cette sensation désagréable, jamais, jusqu’à mon rendez-vous de ce midi. J’ai eu l’impression d’avoir vu cette anesthésiste, entre deux portes, à la va-vite. Je ne sais pas vraiment comment doit se passer un rendez-vous avec ce type de personne du corps médicale, il me semble que ce même type de rendez-vous... Voir l'article

canine

Sous le pansement, mon sein recousu.

Photo : Je me sens un peu comme Sally dans ‘L’étrange Noël de Mr Jack’, sauf que chez moi les fils ne sont pas visibles.   Une amie a su poser les mots justes sur ce que je ressentais, avant l’opération. C’était un peu comme si tout ce que je faisais avant était obscurcie par un nuage qui planait au-dessus de chacun de mes actes. Je ne pouvais profiter pleinement, tout avait un goût de peur. Je pensais pouvoir être capable de simplement me réjouir une fois l’opération terminée. Mais à cause de l’anesthésie et du choc qui a remué... Voir l'article

canine

J+4 dans ma nouvelle vie sans tumeur.

Mercredi 10 octobre 2018, rendez-vous à 7h45 au service de chirurgie ambulatoire de l’hôpital.     Une infirmière me presse pour que j’enfile ma tenue bleu que je garderai toute la journée, elle ne se présente pas, ne prend pas la peine de me dire qu’il y a une culotte en filet (sex) dans la salle de bain ou encore, de me changer ma blouse qui ne se ferme qu’avec un bouton en haut du dos. Je traverserai donc l’hôpital pour rejoindre le service de radiologie avec mon châle sur les épaules, histoire de conserver le peu de pudeur qu’il... Voir l'article

canine

Je suis Compote.

Mâchée Recrachée. Moulinée. Broyée. Écrasée. Voilà comment je me suis sentie en salle de réveil ce mercredi après-midi, aux alentours de 15h30. L’opération s’est bien passée, j’ai trois bobos séparés qu’il va falloir choyer. Je suis un peu K.O./chaos. Mais je suis chez moi et ça c’est cool. Je raconterai mon périple dans un prochain article. Merci à tous pour vos mots, messages et appels. Je me suis sentie TRÈS soutenue et très entourée, je ne vous le rendrai jamais assez. Des bises pâteuses. 16+

canine

Étape 3 : Opération du nichon.

Dernière photo de mon port-à-cathéter.   Un des moments que je redoutais est sur le point d’arriver : ce mercredi, je me fais opérer. Au revoir vilaine tumeur cancéreuse et ce qui t’entoure. Au revoir ganglions plus ou moins gros. Au revoir chambre implantable. Ce que tu as pu me dégoûter, ce que j’ai pu te détester.   Ce qui me fait le plus peur dans l’opération, c’est d’être endormie. J’ai peur de ne jamais me réveiller et de m’éteindre trop jeune dans cet endroit si froid qu’est l’hôpital. Même si je sais qu’il y a peu de chance pour... Voir l'article

canine

Le poids, la bouffe, le gras.

Photo : Megan Jayne Crabbe, anorexic survivor.     J’ai encore trouvé une nouvelle bonne raison d’écrire sur ce blog, je souhaite lever le voile sur quelques tabous qui habitent notre société et les rapports humains en général. Certaines personnes trouveront peut-être que je me dévoile trop ici, d’autres que mes propos peuvent être choquant. Alors tant pis, je prends ce risque, j’écris en tout état de cause.   Le rapport que j’entretiens avec mon poids a toujours été très compliqué, comme beaucoup. J’ai sauté sans avoir peur du vide, de branche en branche, en agitant frénétiquement les bras pour... Voir l'article

canine

Fin de l’Étape 2, compte rendu de mon été avec Taxol.

Photo : Livres estivaux sur couverture d’enfant. Dans l’ensemble, je trouve que malgré les traitements, les semaines et le temps en général sont passés très vite. Pendant ces cures de chimiothérapie, je n’ai pas vraiment souffert directement. Je vois plutôt l’effet du produit comme quelque chose de sous-jacent, une face cachée que l’on ne voit pas directement. Car concrètement, c’était quand même du poison répandu dans tout mon corps. Une fatigue constante à laquelle je suis maintenant habituée me berce un peu plus chaque jour. Lorsque je tire un peu trop sur la corde, j’ai la tête qui tourne et... Voir l'article

canine

Mon moteur blond.

Photo : Happy Birthday little Blondie. Back to les 4 EC… Malgré le puissant appel de mon oreiller certains matins, j’ai tous les jours sauté du lit avec plus ou moins d’entrain pour préparer ma fille afin qu’elle aille passer une super journée à l’école. Je n’imagine pas à quel point j’aurais pu me laisser aller à la maladie si elle n’avait pas été là, si elle n’avait pas sur moi l’effet d’un moteur et soleil, pour lequel je sors du lit et ouvre les yeux le matin.   Ayant déjà tendance à culpabiliser facilement, le fait d’être une maman... Voir l'article

canine

Ne me cachez plus ce crâne, que je le vois !

Samedi était un grand jour dans ma vie de cancéreuse car pour la première fois depuis 5 mois, je suis sortie sans foulard sur la tête. Mon petit cœur battait très vite et j’évitais de croiser les regards qui se posaient sur moi. Je me suis sentie libérée, comme si je ne me cachais plus. Et je suis fière d’avoir pris mon courage à deux mains et de m’assumer enfin.   Article façon tuto beauté sur YouTube… « Salut les cancéreuses ! » Et dire qu’avant, je trouvais cela ridicule lorsque je lisais dans un magazine féminin qu’il était bon de s’exfolier... Voir l'article