Ariel Kynodontas

Fighting The Crab

canine

Ce corps, mon corps.

Photo : Mon album vintage. Si jamais c’est votre trombine ci-dessus, par pitié, contactez-moi, je me suis demandée jusqu’à mes 12 ans qui vous étiez.   L’autre jour, j’ai eu la vraie bonne idée de faire un album photo pour ma fille. Je me souviens à quel point j’adorais feuilleter le mien quand j’étais petite, il était peuplé de tendres souvenirs, je retrouvais dedans les événements marquants de ma courte vie, les photos de mon cher frère et de mon amour de sœur.   Pour Blondie, j’ai donc fait un gros tri dans les centaines de photos qui ont été... Voir l'article

canine

‘C’est le cancer qui se soigne le mieux.’

Photo : ‘Trainspotting’…   Long blabla agacé : Alors, le cancer est presque bagatelle ? Après tout, de quoi est-ce que je me plains, c’est un peu comme une grippe ou une grosse chiasse ?! Scoop numéro 1 : Non.   Ceux qui déblatèrent machinalement ces niaiseries n’ont jamais été grièvement malade, clairement. C’est presque malpolie de ressortir à quelqu’un qui vient d’apprendre qu’elle fait partie du club des cancéreux ou, qui est déjà malade depuis un moment, cette banalité difficilement tolérable et que l’on entend partout. Bien sûr, tout dépend qui le dit et comment c’est dit, évidemment, ne... Voir l'article

canine

La parenthèse enchantée rochelaise.

Mardi dernier, j’ai commencé une nouvelle série de chimios et je n’ai pas eu d’effets secondaires. Et ça, c’est le top du top (je ne m’emballe pas trop parce que la rumeur dit que le pire est l’énorme fatigue qui s’accumule au fil des séances). Par contre, ce qui commence à légèrement me gêner ce sont les trous de mémoire, la perte de souvenirs à court terme, ainsi que la chute de mes cils et sourcils. Donc, revenons à nos moutons : après mon passage à l’hôpital (3h30, tout de même…) et, comme j’aime vivre dangereusement, j’ai taillé la route... Voir l'article

canine

Suis-je bien une femme maintenant ?

Photo : Vimala Pons, une femme avec des cheveux et le regard plein.     Voici l’étendu des dégâts lorsque mon moral est au ras des pâquerettes :   Les médicaments font de moi un être asexué, je suis devenue apathique, vide et las. Lorsque je me regarde dans la glace et je sais que je ressemble à une femme parce que je porte du maquillage, des bijoux, des foulards de couleurs, des robes : la parfaite panoplie dite féminine. Mais qui suis-je à l’intérieur ? Mon regard manque parfois de pétillant et je le trouve creux. Désormais, j’ai une... Voir l'article

canine

C’est top, la vie sans culotte !

Photo : Paul Poiret.   Si vous avez suivi les mésaventures de mon popotin, sachez qu’il va mieux, en partie parce que je vis depuis plusieurs jours sans culotte. Je tiens à préciser que je mets UNIQUEMENT des robes longues, je ne suis pas Paris Hilton hein, faut pas déconner.   J’étais déjà convaincue de la pression sociale qu’est le port du soutien-gorge et de la liberté que nous les femmes, pouvons ressentir en laissant tomber ceux-ci. Je ne juge pas celles qui en portent, même la nuit, je m’en tape le coquillard, chacune ses miches. « But I’m free to... Voir l'article

canine

Mon programme pour un été réussi : une séance de chimio toutes les semaines !

Photo : Queen Courtney, et ce que je ne ferai pas cette année.   Hey oui les amis (ou pas), ce mardi 10 juillet 2018, je commence une série de 12 séances de Taxol (prod’ de chimio). 12 étant un nombre magique selon mes propres lois sur les contes de fées, autant vous dire que j’ai de l’espoir !   12 séances, c’est beaucoup, surtout quand c’est toutes les semaines. Je vais littéralement passer mon été à faire des allers-retours entre l’hôpital et chez moi. Comme j’habite au bord de la mer (vous avez le seum hein ?), je voudrais... Voir l'article

canine

Les livres ‘Barbie’ et petite Ariel, à 6 ans et demi.

Bouh le vilain cancer ! … Mais qui m’a quand même permis de retrouver mon plus vieil amour d’enfance : la lecture.   En effet j’ai appris à lire en CP, jusqu’ici, rien de très original… Peu de temps après Noël, je pouvais bouquiner sans trop de soucis et, n’ayant pas beaucoup d’amis (vous le voyez mon côté Causette là ?), je faisais la lecture dans la cour de récréation pour les élèves de maternelle. Hé ouais, j’étais déjà une sorte de grande sœur/maitresse d’école, mon destin était tout tracé ! Parfois, en cachette de mes parents (coucou… !), la... Voir l'article

canine

Étape 1 : Done.

Petit compte-rendu des familles qu’a été cette douce période de chimiothérapie EC 100 (épirubicine + endoxan) et qui a duré du 2 mai au 27 juin 2018. Le jour du traitement, surtout pour les trois premières séances, a été à chaque fois plutôt dur à encaisser. Pour la quatrième et dernière, la fatigue m’est tombée dessus après coup et elle était accompagnée de quelques nausées. Alors autant vous dire qu’avec la chaleur extrême, c’était le pompon ! Lorsque mes deuxième et troisième chimios ont été repoussées, j’éprouvais une sorte de petite joie débile. Joie débile parce qu’il fallait les faire... Voir l'article

canine

Bye bye fils de ta mère.

J’ai tenu deux mois avec toi, c’est-à-dire deux injections très douloureuses dans le cul. Les effets secondaires que tu me procures me transforment soit en chaudière, soit en glaçon. Sans parler des sautes d’humeur, courbatures, baisse de libido, trouble du sommeil…   J’ai très peu souvent l’occasion de faire des choix dans mon processus de guérison, dans l’accompagnement médical et hospitalier. Et c’est pour moi, ENFIN l’occasion de décider. Je choisis donc d’arrêter les injections de Decapeptyl (j’ai l’impression de faire un communiqué de presse, comme si j’étais célèb’ et tout quoi). Au revoir sueurs nocturnes et bonjour lubrifiant !... Voir l'article

canine

J 3, pas tout à fait les doigts dans le nez.

Photo : ‘Twin Peaks’, référence à ‘Alice in Wonderland’, évidemment.     Le retour de Super-Raplapla.   Je ressens quelques effets secondaires, qui prouvent que le poison a bien circulé dans mes veines.   Cette grosse dalle que j’ai ! Si puissante qu’elle creuse profondément l’estomac et donne la nausée. Et quelle fatigue de l’extrême je ressens ! C’est compliqué de garder la face. Je ne sais plus si je suis un gros, ou un maigre, un grand, ou un petit tas de pâte-à-modeler qui sèche à vu d’œil au contact de l’air.   Plus que quatre injections pour remonter... Voir l'article